Des haricots verts et du sang

Publié le par Hapy

 
C’est un mail que j’ai écrit et fait suivre à une partie de mon carnet d’adresse en réaction à une pétition d’Avaaz pour soutenir l’action de Kofi Annan au Kenya en tant que médiateur dans la crise actuelle. Le matin même j’avais entendu à la radio une chronique sur France Culture sur le Kenya qui en toute petite partie expliquait un peu ce qui suit. 
.
 

haricots-Kenya.jpg

Haricots verts du Kenya en provenance directe du camion, de l'avion, puis encore du camion..., avec bien sur sa barquette en plastique jetable...

Kenya-violence.jpgimage Yasuyoshi Chiba AFP



Bonjour à tous,

Juste pour rappel, comme il est dit dans le texte de la pétition ci-dessus la ‘nouvelle’ économie du Kenya repose en partie sur le commerce et l’agro-industrie, ils ont en effet trouvé une spécialisation dans le commerce de « primeurs » de contre saison.
 
La plupart de nos fraises en hiver, de nos haricots verts en hiver ou autres tomates proviennent bien souvent de ce pays ou les « puissants » ont fini par exproprier les petits paysans qui vivaient dignement et parvenaient à se nourrir de ce qu’ils faisaient pousser sur leur lopin de terre.
A la place, quelques grands propriétaires terriens marchandent avec l’Europe encaissant pour eux seuls les aides au pseudo 'développement'. Pendant ce temps là jeunesse poussée dans les bidonvilles se révolte : normal…
 
Pour les petits exploitants restant sur place qui ont cru trouver là un bon moyen de subsistance, ils se retrouvent aujourd'hui bien souvent coincées sous les dettes. 

En effet, tout coûte cher dans le haricot :
     - la semence : uniquement certaines variétés, forcement vendues fort cher par l’industrie semencière, ont une valeur commerciale sur les marchés européens, 
     - les intrants : pas forcement adaptés aux terres kenyanes les haricots verts poussent à gros renfort d’engrais chimiques et à cause de l’intensification de la culture les paysans sont coincés dans la spirale des pesticides. Et les fongicides et insecticides se vendent fort cher.
     - l’accès à l’eau dont la plante est très gourmande…
 
Penser à expliquer aussi cela à vos amis : les fraises, les tomates et les haricots verts en hiver ce n’est pas bon pour la planète car ils viennent en avion et réchauffent la planète ; c’est extrêmement mauvais, aussi, pour les peuples des pays où nous les faisons pousser pour le petit plaisir nos estomacs irresponsables !

La pétition d'Avaaz pour soutenir Kofi Annan

.


.
 

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

levitan 10/05/2010 12:50



Les amalgames ne sont pas très bon, notamment lorsque ces derniers sont faits par des auteurs qui ne connaissent pas un pays, une filière ou une industrie et qui se permettent d'associer des
clichés à des idées néophytes ou dépassé. Le Kenya n'est pas une république bananiere, mais ce pays s'améliore quotidiennement civiquement, démocatiquement, économiquement...et ce
grâce au tourisme, grâce à l'horticulture, grâce à son intégration dans une économie régionale de l'afrique de l'Est, on est bien loin du cliché d'un haricot vert...


Votre amalgame de gens dans des bidonvilles, de grands propriétaires terriens laissent à penser, que ce sont des gens spoliés de leur terre qui se retrouvent à vivre dans des bidonvilles...


Les bidonvilles dans toutes les mégalopoles existes, meme aux portes de Paris, les habitants des campagnes ont souvent migrés vers les villes. C'est un habitat précaire, que seul une
politique de développement économique et urbain peuvent résoudre et pas du tout une politique de redistribution de terres...agricoles...A moins que vous ne soyez réducteur à vouloir considérer
que le développement économique idéal à l'Africain est d avoir son lopin de terrre à cultiver....


 



Hapy 08/08/2010 20:41



mon point de vue doit être réducteur au point de penser que le développement économique idéal à l'Africain est de
cultiver pour pouvoir se nourrir plutôt que de cultiver pour nous nourrir...



Gayanée 31/01/2008 10:26

Mon moral dégringole, ces jours-ci...Faut-il garder le sourire, pour tenter de compenser tous les malheurs du monde?S'appitoyer ne sert pas à grand chose, mais que reste-t-il pour garder le moral??

Hapy 04/02/2008 10:31

Les enfants ma belle, les enfants !Et puis chaque rayon de soleil, chaque petite fleur, chaque oiseau, les arbres magnifiques, les petites brises qui vont venir au printemps, toute la nature, toute la vie !!

Samuel 30/01/2008 21:51

Je ne mange que de saison... En production locale ; et d'abord c'est aussi plus sain pour mon porte-monnaie. Mais les gens ne connaissent plus les saisons. Bisous