OGM et Cie

Publié le par Hapy

Bon allez, de toute façon vous alliez le recevoir dans votre boite mail, ce reportage connaît une seconde jeunesse sur le net.
 
Il s’agit d'un reportage de 25 minutes de Canal + passé sur la chaîne en 2005. Vous l’avez peut être déjà vu… sinon il faut le voir !
C’est une très très bonne enquête sur les OGM toujours d’actualité.
 
 
La situation décrite dans le reportage est toujours la même aujourd’hui et il n’y a toujours pas de réglementation sur les OGM dans le droit français.
A tel point que, comme l'Europe a demandé en 2001 à notre pays de légiférer sur les OGM, Bruxelles vient de demander en décembre 2006 une amende de 38 millions d’€ avec une astreinte journalière de 360 000 € contre la France pour violation de la législation européenne sur les OGM …
 
 
Et pour information, même si vous pensez ne pas manger d’OGM, quand rien n’est noté sur les emballages, votre alimentation a de forte chance d’en contenir quand même par le biais de l’alimentation animale, excepté en bio.
Vos œufs, votre lait, votre beurre, votre viande, et tout ce qui en contient, par exemple les biscuits, les plats préparés… peuvent en contenir.
80% de la production mondiale d’OGM sert aujourd’hui à nourrir les animaux … que nous mangeons…
 
Puis pour finir, car on en parle pas non plus dans les médias :
Plus de 25 000 agriculteurs indiens se sont suicidés depuis 15 ans, ce chiffre augmente sans cesse.
Plus d’une centaine d’agriculteurs chaque mois se donnent la mort depuis les 3 dernières années à cause des OGM. Ces petits paysans, déjà dans une situation difficile, ont cru à la ‘révolution verte’ des OGM, et se retrouvent aujourd’hui accablés par les dettes. Leurs récoltes OGM n’ayant pas tenu leurs promesses…ils sont poussés au surendettement à cause du rachat obligatoire des semences OGM, des engrais et pesticides que demande ces nouvelles cultures.
  
  
Amis de l’OMC …
 
 
Sources :
P.S.: pas d'image aujourd'hui, over blog veut pas  :comprends_po:
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article